.142

Je porterai clavicules et épaules apparentes. Je porterai dos et ventre nus, poitrine à l'air libre, si cela me chante. Je porterai mon corps entier sous vos yeux et sans hourra. Je le porterai sans me soucier de vous. Et, tout en me relisant, me dire que le corps n'apparaît pas suffisamment, corrodé par l'emploi… Lire la suite .142

.141

Les chatons À J.C. Oates Les chatons, c’est l’affaire de ton père. C’était ça depuis toujours, l’histoire se rejouait plusieurs fois l’an et la mère n’en démordait pas. La chatte de la maison devenait grosse, se trainait de plus en plus difficilement jusqu’à libérer quatre adorables boules de poils dans un des placards de l’arrière-cuisine,… Lire la suite .141

.140

Écrire en s'érigeant de nouveaux principes, comme des montagnes à parcourir: non plus dire le collage d'éléments disparates mais bel et bien le faire advenir sur les pages. Que la colle soit lisible autant que la variété des matériaux.

.139

Nos sacs s’étaient décomposés à l’arrière de la gare. Le grand escalier de la ville était englouti sous les branchages. Tout avait été recouvert, même les ombres de l'explosion avaient été avalées par des fougères devenues monstrueuses.

.135

Invitation à laisser choir la peau en éclat : par le dessin, être démembrée. Qu'on ne garde de moi qu'un seul genou, à peine une miette. Qu'on suspende, sur la page, ma clavicule. Que les lignes se déploient et découpent peu à peu l'un de mes bras. Qu'au fusain, s'accumulent les restes.

.134

URGENT. Recherche éclipses stroboscopiques, sequins et rythmes synthétiques pour mettre fin au désœuvrement nocturne. Plaisantins s'abstenir.